Qui n’a jamais entendu les informations relayées par les médias concernant les vagues de licenciements, tant dans les industries de services (banques, assurances…) que dans les secteurs industriels ?  Qui n’a jamais entendu parler de burn-out, d’épuisement professionnel, de perte de motivation au travail, de conflits interpersonnels, de manque de confiance en soi ou d’assertivité?

A la lumière de toutes ces problématiques, nous pouvons légitimement nous demander si être heureux dans son travail est possible.  Il arrive fréquemment que des clients arrivent à la première séance de coaching en se posant cette question ainsi que d’autres réflexions telles que :

« Je vais travailler avec des pieds de plomb chaque matin, mais je ne sais pas quoi faire… »

« J’ai des problèmes d’insomnie, de l’hypertension artérielle… Je ne peux pas continuer comme ça… »  

« Depuis que je suis manager d’une équipe, j’ai une pression d’enfer… J’aime mon travail, mais j’ai du mal à le concilier avec ma vie privée»

« Je ne supporte plus cette ambiance de travail… Après 3 semaines d’arrêt, sous certificat médical, je suis retournée au boulot avec la boule au ventre… J’étais angoissée… »

Les critères d’épanouissement professionnel et personnel sont nombreux et diffèrent selon chacun.  Il m’a semblé important, au regard de ma pratique quotidienne de coach, d’en aborder certains sous forme de questions à se poser.

1. Quelles sont mes valeurs ?

Nos valeurs individuelles sont au cœur de notre personnalité.  Elles influencent la manière dont nous agissons et réagissons face aux autres et aux évènements.   Elles sont omniprésentes dans la perception de notre réalité, c’est-à-dire qu’elles vont s’exprimer à tout moment quelle que soit la situation dans laquelle nous nous trouvons.

Nos valeurs déterminent les conditions de notre satisfaction au travail et de notre bien-être.   Elles sont aussi la source de notre motivation.

Lorsqu’une ou plusieurs valeurs sont bafouées, notre état interne est négatif.  Nous risquons alors de ressentir ces émotions : anxiété, peur, colère, tristesse, avec des symptômes physiques tels que le stress, des tensions musculaires, une augmentation du rythme cardiaque, des maux de tête, de dos ou encore une diminution d’énergie.

A l’inverse, lorsque nos valeurs sont respectées, notre état interne est positif avec des émotions et des symptômes physiques tels que joie, motivation, bien-être, énergie haute, rires et sourires.

Avoir connaissance et conscience des valeurs sur lesquelles nous nous appuyons est essentiel pour savoir ce qui est important pour nous, pour nous aider à prendre des décisions importantes et se sentir ainsi en accord avec nous-même.

Pour nous aider à déterminer nos valeurs, nous pouvons nous interroger :

  • Quelles sont les actions dont je suis fier ? Pour quelles raisons ?
  • Quels sont les personnages qui m’inspirent, qui sont des mentors pour moi ? Pourquoi ?
  • Qu’est-ce qui a pour moi le plus de valeur dans la vie ?
  • Existe-t-il un décalage entre mes valeurs et celles de l’entreprise ?

A chacune de nos valeurs correspondent plusieurs besoins.

2. Quels sont mes besoins ?

Nous pouvons évaluer notre situation professionnelle actuelle et celle désirée au regard de nos différents besoins.

En quoi mon travail remplit-il mon besoin de sécurité (garantie de revenus, type de contrat, etc), mon besoin d’activité (rythme de travail imposé) ?   Existe-il un juste équilibre entre la qualité du travail accompli et le salaire octroyé ?

Il est également utile de se poser la question de la clarté au niveau de la définition des tâches, des objectifs, des règles de fonctionnement.  Ceci répond-il à mon besoin de cadre et d’organisation ?

Quels sont mes besoins d’autonomie, de diversité, de créativité, de partage, de soutien mais aussi de justice et d’équité ?

Parmi tous les besoins, celui de reconnaissance occupe une place importante et revient de manière récurrente :

  • Suis-je reconnu en tant qu’individu ?
  • Comment mes résultats sont-ils reconnus ?
  • Quels sont les liens entre mes résultats et ma rémunération ?
  • Comment reconnaît-on mes compétences?
  • Comment suis-je valorisé ?
  • Quel est l’impact que je peux avoir sur telle ou telle décision à prendre, situation à gérer, équipe à manager ?

3. Quel sens est-ce que je donne à ce que je fais ?

Le travail a du sens pour nous lorsque nous percevons une correspondance et des affinités entre notre identité, notre tâche/fonction et notre environnement de travail.

Le sens est un facteur clé d’engagement et d’énergie au travail.  Il se trouve au centre de l’identité, des valeurs et de notre vision globale du monde.

Trouver du sens dans mon travail, c’est connaître les raisons qui me poussent à exercer cette fonction, c’est travailler pour un projet dans lequel je me reconnais, une société ou une personne qui m’inspire, qui partage le même rêve, la même vision. Pour qu’un travail ait un sens, il est important qu’il soit perçu comme utile aux autres ou à la société. Il est nécessaire qu’il ait un but qui nous motive à accomplir les tâches qui nous sont confiées.

Lorsqu’une personne considère que son travail n’a pas de sens, son bien-être psychologique est menacé. Ceci risque d’entraîner une sensation de vide, un état d’apathie et de l’ennui, ainsi qu’un sentiment de frustration et d’impuissance.

  • Dans quelle mesure la mission de l’entreprise a-t-elle du sens pour moi ?
  • Quelle est la stratégie et est-elle connue de tous ?
  • Dans quelle mesure est-ce que j’y adhère ?
  • A quel projet plus vaste aimerais-je que mon activité, mes actions contribuent ?

4. Et ensuite ?

Les réponses à ces questions vont permettre de m’apporter les premières pistes quant à un travail dans lequel je serais susceptible de m’épanouir et être heureux.

A partir de cela, je peux identifier ce qui me donne satisfaction et ce qui me déplaît dans mon travail actuel et pourquoi.

Mais aussi, qu’est-ce que je voudrais changer à cette situation ? Et comment pourrais-je le faire?

Si le travail est source d’épanouissement et peut être une sorte de prolongement de nous-même, il est fondamental de commencer à explorer et définir :

  • ce que nous voulons vraiment, de quoi nous avons envie,
  • ce qui compte réellement pour nous,
  • quelles sont les priorités que nous nous donnons.

Il s’agit de choisir l’environnement professionnel qui correspond à mes centres d’intérêt, répond à mes besoins, mes valeurs, et à une vision partagée.  Je peux me focaliser sur ce que j’aime faire plutôt que sur ce que j’ai réussi à faire jusqu’à présent.

Lorsque j’agis en fonction de mes besoins et de mes valeurs, je peux être cohérent avec mes ressentis et mes pensées.  Je peux prendre des décisions qui vont ainsi renforcer la confiance en moi et augmenter ma motivation au travail.

 5. Pourquoi le coaching ?

Prendre conscience de ses motivations profondes est le premier pas pour être reconnu dans ce que vous aimez faire, et pas seulement pour ce que vous savez faire.   Il est ainsi possible de retrouver une capacité de choix et à partir de là, agir sur ses évolutions professionnelles.  Il est important de fuir la sur-adaptation professionnelle pour éviter les risques de burnout, d’assumer ses valeurs, ses priorités et finalement de vivre la vie que vous avez choisie en trouvant une configuration professionnelle qui vous convient réellement.

Cette configuration professionnelle sera propre à chacun.  Pour certains, elle va se traduire par un changement de fonction ou d’entreprise, pour d’autres, elle prendra la forme d’un temps partiel avec des activités annexes ou un statut d’indépendant à titre complémentaire.  Il existe une multitude de possibilités.

Les séances de coaching vont permettre, si tel est l’objectif fixé, d’aborder et de mener en profondeur cette réflexion sur votre développement et évolution professionnelle, afin que vous puissiez intégrer votre projet professionnel dans votre projet de vie.

A partir d’une écoute active et d’un questionnement puissant, vous êtes amené.e à réfléchir afin que vous puissiez, par vous-même, faire émerger les réponses aux questions que vous vous posez.

Dans cette perspective, des outils qui ont fait leurs preuves peuvent être également utilisés. Ils sont issus de l’analyse transactionnelle, des sciences neurocognitives et de la PNL auxquelles je suis formée par des instituts reconnus au niveau international.

Par cet accompagnement, vous êtes aidé.e à comprendre, à ouvrir le champ de votre vision, à analyser les croyances et les freins qui empêchent d’évoluer.  En prenant du recul, vous observez les comportements, analysez les interactions et gérez vos changements.  Vos prises de conscience vous permettent de retrouver ainsi le pouvoir d’agir dans votre vie professionnelle.

Le but du coaching est de contribuer à développer tout le potentiel qui se trouve en vous, en privilégiant l’autonomie et en vous laissant totalement libre mais aussi responsable de vos choix et décisions, sans aucun jugement.